Le renforcement du partenariat entre organisations paysannes et microfinance au Niger

Cette ressource apparaît dans:

Au Niger comme dans la plupart des zones rurales d’Afrique de l’Ouest, les banques commerciales ne sont que faiblement accessibles et restent très réticentes à financer l’agriculture. La microfinance est alors souvent la seule alternative formelle d’accès au financement pour les organisations paysannes. Mais ce partenariat reste difficile à construire, malgré plusieurs initiatives de rapprochement organisées depuis quelques années. Les organisations paysannes membres du Conseil pour l’Action et la Solidarité Paysannes au Niger (CASPANI), et certaines IMF ont souhaité discuter des conditions de ce partenariat à travers un atelier de concertation entre OP et IMF. Le POLSECAL, le PROPAN, le Projet Intrants, le PDSFR/FIDA, respectivement structures d’appui aux OP et aux IMF, et le CNEARC, ont appuyé cette initiative .

Réalisé en juin 2005, cet atelier avait pour objectif général d’échanger sur les conditions d’un renforcement du partenariat entre OP et IMF. Plus spécifiquement, il s’agissait pour les OP et les IMF de :

  • poursuivre le processus de rapprochement, d’améliorer l’interconnaissance et la construction de confiance entre les deux types d’institutions
  • d’explorer ensemble des problèmes prioritaires limitant aujourd’hui la collaboration entre les deux secteurs et de dégager des voies concrètes d’un travail en commun.

Sous la présidence de CASPANI, l’atelier a réuni 73 participants, représentant les principales organisations paysannes issues des différentes régions du Niger (26 OP), les principales institutions de microfinance et leur association professionnelle, l’ANIP MF (21 IMF), deux banques (BCEAO, Banque Régionale de Solidarité) et un fonds de garantie (TANYO), les principaux partenaires de développement des OP et des IMF (Ministères de tutelle (MDA, MRA, MEF, MDC), PROPAN, PolSecAl, PDSFR/FIDA, Projet Intrants FAO CNEARC,…).

L’atelier a été organisé en quatre séquences.

La première avait pour objectifs de redéfinir les différents aspects du problème du financement de l’agriculture et des organisations paysannes au Niger, de tirer les enseignements des initiatives prises depuis 2003 et de cerner les problèmes clé, facteurs de blocage de la collaboration OP/IMF qui ont fait ensuite l’objet des chantiers de travail de l’atelier. Les témoignages et débats ont permis de dégager des éléments de diagnostic :

  • dans un contexte agricole de plus en plus difficile, marqué par le désengagement de l’Etat, toutes les organisations paysannes sont aujourd’hui confrontées à la question du financement de l’agriculture, sous ses différentes formes (financement des producteurs membres des OP, mais aussi financement de l’OP elle-même) ;
  • les OP du Niger sont à des stades variés de la réflexion sur cette question du financement : certaines d’entre elles sont simplement au stade de la prise de conscience, de la formulation du problème ; d’autres sont en mesure d’analyser clairement leurs besoins de financement ; au stade suivant, elles ont prospecté l’offre de financement existante et sont en mesure d’en faire un diagnostic ; certaines d’entre elles ont démontré de fortes capacités à mobiliser des financement auprès des bailleurs de fonds et à expérimenter différentes formes de financement ;
  • alors que les expériences sont relativement riches et variées, la communication entre les OP sur ces questions reste très limitée ;
  • les IMF de leur coté se développent, elles ont besoin de s’ouvrir à des nouveaux segments de marché et se tournent donc souvent vers les organisations paysannes.

Les bases d’un nouveau partenariat sont donc esquissées. Mais différents problèmes subsistent et constituent des facteurs de blocage de ce partenariat. Trois d’entre eux ont été retenus comme « chantiers» de travail de l’atelier :

  • « Comment construire la confiance entre OP et IMF ? »
  • « Comment mobiliser des ressources financières adaptées au financement de l’agriculture ? »
  • « Comment mieux adapter l’offre financière des IMF aux besoins des OP ? »

Chacun de ces chantiers a fait l’objet d’exposés d’expériences réalisées au Niger ou ailleurs, puis d’approfondissement par un groupe de travail, composé de manière équilibré d’IMF, d’OP et de partenaires du développement, chargés d’identifier les conditions de développement d’une démarche appropriée au Niger et de dégager un plan d’action sur ce thème.

Document Information

Document Type Document
Auteur B. Wampfler
Year of Publication 2005
Éditeur CIRAD / GRET N
Edition BIM
Région / Pays Globale /
Langue principale Français (fr)
Mots-clés Institutions Financières
Ressources connexes