Lancement officiel des activités du programme AgriFinance Burkina

Les activités du programme AgriFinance ont officiellement été lancées le vendredi 7 août 2015, à Ouagadougou. AgriFinance vise l’amélioration de l’accès à des services financiers adaptés aux besoins de l’agriculture familiale en contribuant à l’amélioration de la sécurité alimentaire et au développement de l’auto-employabilité des jeunes. Le lancement a eu lieu sous la présidence du conseiller technique du ministre de l’Economie et des Finances, Adélaïde Naré représentant le ministre.

Initié par le gouvernement du Burkina Faso avec le soutien technique et financier du programme des Nations Unies de l’UNCDF, des banques et de la coopération Suisse, AgriFinance est un programme de développement de l’agriculture familiale. Ce programme vise l’amélioration de l’accès à des services financiers adaptés aux besoins de l’agriculture familiale en contribuant à l’amélioration de la sécurité alimentaire, au développement de l’auto-employabilité des jeunes et à la sécurisation des revenus en milieu rural, particulièrement ceux des femmes. Pour cela une série d’activités est prévue. La convention de mise en œuvre du programme a été signée, depuis le 15 octobre 2014.  Mais les activités ont officiellement été lancées, le vendredi 7  août 2015 à Ouagadougou. D’un coût total de 4 milliards 400 millions de F CFA, ce programme va couvrir trois zones à savoir le grand Nord, le grand Est et la Boucle du Mouhoun et progressivement l’ensemble du territoire et a une durée de 4 ans allant de 2014 à 2018. La démarche privilégiée est l’approche chaine de valeurs dans trois principales filières que sont : la filière riz, la filière fruits et légumes (maraichage) et la filière bétail et viande (petit élevage). En outre, AgriFinance accordera une attention particulière à trois axes transversaux que sont l’égalité homme-femme, l’environnement et la jeunesse. Selon la présentation de la coordonnatrice du programme, Aoua Sawadogo, AgriFinance Burkina accompagnera des prestataires de services financiers pour développer 5 produits adaptés aux besoins de l’exploitation agricole familiale et particulièrement des crédits à moyen et long termes. Elle a 5 composantes que sont: l’innovation financière  agricole, l’innovation technique agricole, le renforcement des capacités des bénéficiaires sur l’éducation financière et des formations spécifiques, la promotion d’un environnement favorable à l’inclusion financière agricole et enfin la capitalisation et la gestion les différentes expériences. Tout en appréciant l’initiative de AgriFiance, la représentante du ministre de l’Economie et des Finances a laissé entendre que le programme s’inscrit en droite ligne avec la vision stratégique du gouvernement en matière de développement économique et social à travers la 3e orientation de l’axe stratégique de la SCADD. Celle-ci vise la promotion d’une croissance des pauvres en identifiant et en mettant en œuvre des actions ayant un impact significatif sur la réduction de la pauvreté par la création d’emploi et la formulation de politiques volontaristes d’accroissement des revenus pour les pauvres. Pour Adélaïde Naré, la complexité du financement du secteur économique et son importance dans le développement économique du Burkina Faso requiert une attention particulière orientée vers la culture familiale. Ainsi, elle a invité l’équipe du programme et toutes les autres parties prenantes de sa mise en œuvre à s’y investir en vue d’engranger des résultats probants qui feront la fierté de notre pays.

Le Quotidien - Burkina Faso
Tuesday, December 15, 2015
Back To List